Rencontre avec les administrateurs provisoires nommés au centre hospitalier Louis JAILLON.

Une délégation du Conseil d’administration du Comité de défense et de soutien de l’hôpital de Saint-Claude a été reçue, à sa demande, le 5 juillet 2017, par les administrateurs provisoires de l’hôpital, MM. Raoul Pignard et Eric Sanzalone.
Bilan de nos échanges dans le communiqué ci-dessous ou en cliquant sur le lien Comité de défense – Communiqué du 7-7-2017.

Contrairement à nos attentes et à l’esprit qui avait prévalu lors de notre rencontre avec M. Pierre Pribile, directeur général de l’Agence régionale de santé, cette réunion s’est déroulée dans un climat détestable. D’emblée, M. Pignard nous a fait savoir qu’il n’avait rien à nous dire car l’Agence régionale de santé organisait une réunion le 13 juillet 2017 avec les maires des hôpitaux  de la Communauté hospitalière Jura Sud et que les réponses seraient apportées à ce moment-là.

Ensuite, M. Pignard qui analyse le fonctionnement actuel de l’hôpital de Saint-Claude a surtout pointé ce qu’il appelle les dysfonctionnements. Nous lui avons rappelé que des dysfonctionnements existent dans tous les hôpitaux. Et que la difficulté première de notre hôpital, c’est sa petite dimension, et sa grandeur, c’est de rendre des services inestimables aux 60 000 habitants du Haut-Jura où il est  le vaisseau- amiral de la santé publique.

D’où la nécessité de recruter des praticiens hospitaliers, notamment en chirurgie, en obstétrique et en pédiatrie. Car s’il a été possible de recruter 40 nouveaux médecins à l’hôpital de Chartres et une dizaine à l’hôpital de l’Aigle, pour ne prendre que ces deux exemples, le renforcement des équipes médicales doit être aussi possible à Saint-Claude. Car lorsque nous évoquions quelques établissements hospitaliers qui bénéficient d’un traitement de faveur, M. Pignard nous répondait imperturbablement « Nous sommes à Saint-Claude ». Oui, et Saint-Claude est en France et non sur Mars.

Nous n’avons donc eu aucune réponse sur les pistes d’améliorations que les administrateurs souhaitent explorer.
Rien sur les soutiens financiers.
Rien sur le maintien des 5 services menacés, hormis la dialyse qui pourrait bénéficier d’un examen bienveillant. Mais l’administrateur provisoire nous a encore reproché de «  ne  vouloir rien lâcher ». C’est une évidence, car « lâcher » un seul des services, c’est l’écheveau qui se dévide.

C’est dans ce contexte que j’ai demandé un nouveau rendez-vous à M. Pribile pour lui exprimer notre insatisfaction au regard d’un comportement qui a exprimé plus de mépris et de désinvolture à notre encontre que d’écoute pour un vrai dialogue. M. Pignard nous a dispensé une magistrale leçon d’enfumage.

M Pribile a répondu favorablement à cette demande de rendez-vous qui aura lieu le 11 juillet à 19h30, par téléphone.

Par ailleurs, comme nous sommes soucieux de savoir si les hommes et les femmes politiques ont toujours voix au chapitre et pas seulement les castes bureaucratiques, j’ai demandé un entretien avec Madame Danièle Brulebois, députée du Jura, vice-présidente de l’Assemblée nationale pour l’informer de cette situation gravissime et lui demander son appui.

André JANNET, Président
du Conseil d’administration et
du Comité de défense et de soutien de l’hôpital
le 07 / 07 /2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *