LA MOBILISATION NE FAIBLIT PAS

JE N’ETAIS PAS CONCERNE
Quand ils ont fermé la maternité de proximité
Je n’étais pas enceinte
Quand ils ont fermé la pédiatrie
Je n’avais pas d’enfant
Quand ils ont délocalisé la chirurgie
Je pouvais me déplacer
Quand ils ont supprimé les lits de psychiatrie
Je pensais qu’il y avait des situations plus graves
Quand ils ont instauré les franchises
J’étais en activité et en bonne santé
Quand ils ont instauré la T2A
Je ne savais pas ce que cela voulait dire
Quand ils se sont attaqués aux retraites
Je ne me sentais pas concerné
Quand mes parents ont dû aller en maison de retraite
J’ai pensé que c’était bien pour eux

PUIS UN JOUR…..
J’ai du faire 60 kms pour aller accoucher.
Mon bébé a du être transféré d’urgence tout seul
J’ai eu un accident et j’ai été hospitalisée loin de ma famille
J’ai été confronté à une maladie psychiatrique considéré dangereux, je suis allé en prison !!!
Je suis tombé malade, j’ai dû payer les médicaments non remboursés, la franchise de 90 euros pour des examens. J’ai du renoncer à certains soins.
J’ai attendu plusieurs mois pour avoir un rendez-vous.
Je suis sorti le jour de l’intervention chirurgicale pour libérer un lit et rentabiliser l’activité de l’hôpital.
J’ai compris en calculant ma future retraite que je finirais ma vie avec une misère.
J’ai du quitter mon emploi pour m’occuper de mes parents, car leur pension était trop faible pour payer la maison de retraite.

Ainsi, introduisait André JANNET, président du Comité de défense et de soutien de l’hôpital, la réunion publique qui s’est tenue mardi  soir.
Les 600 personnes rassemblées à cette occasion sont bien concernés !

En effet, élus de tous bord, citoyens, syndicats, industriels, sportifs dont les joueurs du Racing club s’inquiètent de l’avenir de notre hôpital.
La mobilisation ne faiblit pas, la colère monte et les Haut-Jurassiens veulent le faire savoir à travers les futures actions.

Nous ne ferons pas un pas en arrière ! Il est vital de défendre les 5 services menacés de fermeture.

La décision de l’ARS tarde !
Bientôt une désertification sociale touchera tout le territoire,
NOUS DEVONS STOPPER ET RESISTER MAINTENANT POUR ASSURER NOTRE SURVIE !
NOUS SOMMES HAUT-JURASSIENS ET NOUS DEFENDRONS AUSSI LONGTEMPS QUE POSSIBLE NOS DROITS A LA SANTE !

 

Plusieurs actions sont proposées :
– le SICTOM du Haut-Jura propose de poser des affiches de soutien à l’hôpital sur les flancs des camions,
– des banderoles aux entrées et sorties des communes
– un récital au profit des futures victimes de l’ARS
– une action commune des Maires du Jura
– voter contre la fermeture des services en déposant sa carte électorale dans une urne placée à la Maison des associations.

Mme Marie-Christine DALLOZ, excusée ce soir-là pour son travail parlementaire à l’Assemblée Nationale, a interpellé le premier ministre à notre sujet lors des questions au gouvernement, séance du jeudi 12 octobre 2017 (extrait ci-dessous  ou http://www.mcdalloz.fr/votre-deputee/actualites/a-lassemblee/1118-2017-10-12-08-27-18) :

« Monsieur le Premier ministre, les habitants des territoires ruraux ont souvent le sentiment d’être abandonnés par les pouvoirs publics. Je pense notamment à votre funeste projet de fermer des services du centre hospitalier de Saint-Claude. Aujourd’hui, n’est-il pas paradoxal d’organiser une conférence des territoires au plan national, des conférences des territoires sur tout le territoire national et d’orchestrer parallèlement un choc fiscal brutal, sans précédent, pour toute la France des territoires ? »

http://www.leprogres.fr/jura/2017/10/10/saint-claude-encore-plus-de-500-personnes-reunies-pour-defendre-l-hopital

http://www.voixdujura.fr/video-la-mobilisation-pour-defendre-l-hopital-de-saint-claude-ne-faiblit-pas_28691/

https://www.facebook.com/LHebdo-du-Haut-Jura-et-du-Haut-Bugey-1964021637172995/?hc_ref=ARRIVJ3JV0_06Ye2G40wM6NbyHB3KURWUy1ukh4Dxa-PIGfqHu31va0oKcb6N54WIUM

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/jura/saint-claude-mobilisation-continue-sauver-hopital-1344959.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *